En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur.
En savoir plus
Avez-vous trouvé l’information que vous cherchiez ?
Oui
Non
Merci pour votre réponse !
Merci de votre réponse. Désolés que vous n’ayez pas pu trouver ce que vous cherchiez.
N’hésitez pas à nous préciser votre demande, nous serons ravis de vous aider.
Conseils pour votre matériel de piscine

Comprendre ce qu’est une piscine, son fonctionnement, ses équipements

Publié le vendredi 10 mai 2019 | Fonctionnement d'une piscine


Certaines évidences sont parfois bonnes à dire, une piscine est bien plus qu’un bassin rempli d’eau. En effet, l’élément eau, instable par définition, a besoin d’être renouvelé, filtré et désinfecté sans quoi on risque fort de se baigner dans un étang ! Au-delà de ce pré requis, divers équipements peuvent s’envisager pour améliorer le confort quotidien ou prolonger la saison de la baignade. Petit tour d’horizon d’une belle ligne d’eau…

 

 

 

 

 

Les organes vitaux d’une piscine

 

Les pièces à sceller (buses) : la base ! L’eau d’une piscine doit être homogène thermiquement et chimiquement. C’est pourquoi un bassin est impérativement équipé de skimmers, qui font circuler l’eau de la surface en direction du filtre en retenant les plus gros débris dans leur panier, et d’une bonde de fond qui récupère l’eau plus froide du fond pour améliorer le brassage.  Une fois passée au travers du système de filtration, l’eau est ensuite réinjectée dans le bassin par le biais des buses de refoulement. Ces pièces – scellées dans la structure de la piscine, seraient très coûteuses et complexes à remplacer, aussi il est important de ne pas lésiner sur la qualité de ces éléments de base.

 

Le circuit hydraulique : il s’agit des tuyaux et des vannes qui assurent arrivée et sortie d’eau, en passant au minimum par deux éléments incontournables : la pompe et le filtre. Le circuit doit être bien étudié en amont avec le constructeur. En cas de budget serré il est fortement recommandé d’anticiper des améliorations ultérieures. L’installation d’un bypass notamment, ne surcharge pas trop la facture, et donne  par exemple la possibilité de raccorder un système de chauffage sans difficulté, dans un deuxième temps.

La pompe  et le filtre : la pompe est le cœur de la piscine. Elle permet à l’eau de circuler dans le circuit de filtration et de traitement, contribuant ainsi à maintenir la qualité de l’eau. La pompe et le filtre constituent un couple d’inséparables, qu’il conviendra de bien assortir ! Autrement dit : le débit de la pompe ne doit jamais excéder la capacité du filtre. Il existe différentes sortes de filtres, chacune assurant une épuration efficace. Les différences se jouant sur le prix de départ, la finesse de filtration, et la consommation d’eau pour leur nettoyage.

 

L’entretien minimum à prévoir

 

 

Désinfection et équilibre chimique : au-delà d’être brassée et épurée par le système de filtration, l’eau d’une piscine doit impérativement  être traitée chimiquement. Une eau non traitée est un véritable bouillon de culture ! Le chlore est le désinfectant de base, mais il existe des solutions très performantes permettant d’en éviter les désagréments. Piscines au sel traitées par électrolyse, ou, si le budget le permet, traitement au magnésium, le must absolu…

Enfin sachez qu’un pH équilibré (acidité de l’eau) est le point de départ d’un traitement efficace. Celui-ci doit être régulé et maintenu entre 7,2 et 7,4, pour un confort de baignade optimal.

 

 

Nettoyage du bassin : la filtration et le traitement ne dispensent malheureusement pas d’un nettoyage consciencieux. Les micro algues ont la peau dure ! Il est donc indispensable de procéder au nettoyage du fond et des parois du bassin une fois par semaine, pour se débarrasser  des impuretés qui s’y seront déposées. Là encore, de multiples solutions existent. Un bassin peut-être nettoyé à la main (à l’aide de brosses et d’un balai !), mais au fil du temps les appareils automatiques (hydrauliques, à pression ou électriques) s’avèrent être de précieux alliés.

 

 

 

Les équipements additionnels pour un usage prolongé

 

Un système de chauffage : à considérer quand on  n’habite pas sous les tropiques et que l’on souhaite profiter de sa piscine plus longtemps dans l’année. À la sortie du filtre, l'eau peut être chauffée par divers procédés : chaudière, échangeur thermique, réchauffeur électrique ou pompe à chaleur. Il convient de prévoir le dispositif dès l’installation, qui pourra éventuellement être ajouté plus tard.

 

 

 

 

Eclairages : pour des raisons de sécurité, un système d’éclairage du bassin est fortement recommandé aux adeptes des bains de minuit. En la matière, la technologie LED permet aujourd’hui de créer de superbes ambiances lumineuses sans complication d’installation.

 

 

 

 

Une couverture : un plus qui fait une grande différence. Couvrir le bassin permet de sécuriser la piscine, protéger l’eau des débris naturels, de maintenir la température ou soutenir le réchauffement désiré, et de réduire l’évaporation. Simple bâche à barre, volet de piscine avec enrouleur sur plage ou volet roulant électrique intégré… Il existe de nombreuses solutions.

 

L’astuce en plus
Dans le cas d’une piscine d’intérieure, un système de déshumidification est incontournable. Il ne s’agit pas ici de qualité de l’eau, mais bien de celle de l’air. Les déshumidificateurs permettent de maintenir le taux d’humidité à un niveau acceptable pour nos poumons et d’éviter les dégradations matérielles liées à la condensation.
Publié le vendredi 10 mai 2019 | Fonctionnement d'une piscine